Marque de montres TISSOT

TISSOT

Fondée au Locle dans le courant du XIXe siècle, la société Tissot peut, plus de 150 ans plus tard, se targuer d'un héritage riche d'innovation.

Découvrez toutes les collections de cette marque d'horlogerie chargée d'histoire

Innovateurs par tradition

Tout commence lorsque Charles-Félicien Tissot et son fils Charles-Emile, alors respectivement monteur de boites en or et horloger, décident le 1er juillet 1853 de fonder ensemble le comptoir Ch. Félicien Tissot & Fils.

Tissot fonctionne alors comme un comptoir d’établissage, ce qui veut dire que les différents composants des montres sont fabriqués sur place par des horlogers spécialisés, pour être ensuite assemblées et commercialisées au comptoir. A cette époque, les collections Tissot se composent de montres pendentifs de luxe et de montres de poche, parmi lesquelles certaines sont particulièrement décorées ou dotées de complications. Comme le premier marché de Tissot est à ce moment là les Etats Unis, la plupart des montres qui sont produites lui sont donc destinées. Mais la situation évoluera rapidement et le principal pays d'exportation de Tissot sera ensuite la Russie.

Peu avant fin 1917, Tissot devient une société anonyme dont le nom est « Chs. Tissot & Fils SA ». La mise en place de la fabrication des ébauches permet également à Tissot de revendiquer le statut de manufacture. Dans les années qui suivent, Tissot ne se contente plus d'une présence dans certains pays mais s'implante dans le monde entier.

En 1930, Tissot et Omega se regroupent pour former la Société Suisse pour l’Industrie Horlogère (SSIH), toute première association horlogère suisse. La même année, sort la Tissot Antimagnétique, première montre bracelet amagnétique au mondre. D'autres premières verront le jour grâce à Tissot dans les années qui suivent. Notamment, en 1951 est révélée la Tissot Navigator, première montre bracelet à mouvement automatique pouvant afficher 24 fuseaux horaires sans aucune manipulation.

Dans les années 1970, l'avènement du quartz frappe très durement l'industrie horlogère suisse qui vacille sur ses fondations. La crise durera plus d'une décennie... En 1983, Nicolas G. Hayek qui est en charge de l'audit du secteur horloger suisse, préconise la fusion des principaux groupes horlogers, dont la SSIH. Cette impulsion est salutaire pour l'horlogerie hélvetique et aboutira, en 1998, à la naissance du Swatch Group, dont Tissot fait aujourd'hui toujours partie.