Marque de montres BLANCPAIN

BLANCPAIN

Pour Blancpain, la tradition horlogère n’est pas incompatible avec l’innovation. Forte d'un héritage horloger de plus de deux siècles et demi, la manufacture du Brassus crée des collections classiques, intemporelles, souvent innovantes, parfois même provocantes.

Evolution et Tradition

C'est en 1735 que Jehan-Jacques Blancpain fonde son premier atelier et la marque qui porte son nom, à Villeret, dans l'actuel Jura Bernois. Les montres Blancpain rencontrent rapidement un grand succès.

En 1815, Frédéric-Louis Blancpain, l'arrière petit-fils du fondateur, modernise ce qui est encore un atelier artisanal, le transformant ainsi en outil industriel capable de produire en nombre. Dès les années 1850, Blancpain devient ainsi l'entreprise la plus importante de Villeret.

En 1865, pour poursuivre son évolution et faire face à la concurrence américaine, Blancpain se dote d'une usine de taille plus importante.

En 1926, associée à l'horloger John Harwood, Blancpain présente la première montre-bracelet automatique. Celle-ci est suivie 4 ans plus tard de la première montre automatique dame au monde : la "Rolls" de Léon Halot.

En 1932, après presque 2 siècles de gestion familiale, l'unique héritière vend Blancpain à deux collaborateurs de la firme. Même si la loi leur impose de rebaptiser la marque qui devient "Rayville SA, succ. de Blancpain", ils perpétuent l'ADN de la marque et lui donnent un nouvel élan.

Parmi les nombreux succès de la marque, figure la Fifty Fathoms. Lancée en 1953, à la demande des Nageurs de Combat qui veulent une montre fiable pour leurs opérations sous-marines, la Fifty Fathoms devient une référence parmi les montres de plongée.

En intégrant la Société suisse pour l'industrie Horlogère (SSIH) à la fin des années 50, Rayville-Blancpain se donne les moyens de répondre à la demande toujours croissante, jusqu'à produire 220.000 unités en 1971.

Les années noires de l'horlogerie amènent, en 1983, la SSIH à céder une partie de son patrimoine et, notamment, à vendre le nom Rayville-Blancpain à Jacques Piguet et Jean-Claude Biver. La société s'installe alors au Brassus, dans la Vallée de Joux, et se rebaptise Blancpain SA. Une nouvelle ère s'ouvre, Blancpain décide de garder l'exclusivité de ses mouvements et de miser sur la fabrication de montres traditionnelles et les grandes complications horlogères. La marque contribue ainsi fortement au renouveau de l'horlogerie mécanique.

En 2002, l'arrivée de Marc A. Hayek comme président et CEO, marque le renouveau de Blancpain. Depuis lors, les importants investissements de Recherche et Développement, permettent à la manufacture du Brassus de multiplier les brevets et les premières mondiales. Blancpain fait évoluer ses collections, sans jamais oublier son formidable héritage.

Depuis 2010 et l'intégration de la Société Frédérique Piguet, Blancpain dispose d'un nouveau site de production dans la Vallée de Joux pour satisfaire les nombreux amateurs à travers le monde.