les différents types de mouvement

Les différents types de mouvement

Avant de détailler les différents types, il est intéressant de rappeler ce qu’est le mouvement d’une montre : il s’agit de l'ensemble des pièces qui composent le mécanisme permettant de faire fonctionner la montre et de découper le temps en unités (secondes, minutes, ...).

Il existe essentiellement deux grandes familles de mouvement : les mouvements mécaniques et les mouvements électroniques à quartz.

LES MOUVEMENTS MECANIQUES

Les mouvements mécaniques sont les plus appréciés des amateurs d’horlogerie qui leur trouvent malgré certaines imperfections plus de noblesse que les mouvement à quartz.

Tous les mouvements mécaniques embarquent au moins un système qui emmagasine l’énergie lors du remontage. Ce système, appelé barillet, utilise un ressort en spiral qui se comprime lors du remontage et délivre ensuite progressivement via les rouages l’énergie stockée pour faire fonctionner la montre.

La différence entre les mouvements mécaniques à remontage automatique et ceux à remontage manuel repose sur la façon dont le ressort du barillet va être comprimé.

Dans le cas des montres mécaniques à remontage manuel, c’est comme le nom l’indique le fait de tourner manuellement la couronne de remontoir qui va comprimer le ressort. Pour les montres mécaniques à remontage automatique, ce sont les mouvements du poignet qui vont faire bouger une masse oscillante qui en tournant autour de son axe, va comprimer le ressort.

Les montres mécaniques à remontage manuel demandent un remontage régulier, souvent quotidien. Les montres mécaniques à remontage automatique ne demandent un remontage manuel que lors d’un redémarrage, le remontage automatique prenant ensuite le relais tant que la montre est portée régulièrement.

Une fois le remontage effectué, la montre dispose alors d’une autonomie qui peut varier selon les modèles d’environ 12 heures à plusieurs jours, la moyenne se situant autour de 40 heures. Cette autonomie, appelée réserve de marche, est le temps qu’il faut à la montre « au repos » pour consommer toute l’énergie emmagasinée dans le barillet.

Il est important de noter qu’une montre mécanique ne fonctionne de façon optimale que lorsqu’elle est remontée au maximum,  les pièces du calibre étant alors correctement mises en mouvement. Lorsque la réserve de marche devient faible, il n’y a presque plus d’énergie, la montre devient de moins en moins précise et finit par s’arrêter.

La précision des montres mécaniques est assez variable et dépend de multiples paramètres, comme la qualité des différents composants du mouvement et la maîtrise du réglage. Les dérives peuvent aller de +/- 6 secondes par mois à +/- 10 secondes par jour.

LES MOUVEMENTS ELECTRONIQUES A QUARTZ

Les mouvements électroniques à quartz sont moins prestigieux que les mouvements mécaniques mais sont à la fois moins coûteux et plus précis.

Le cœur d’un mouvement électronique à quartz est constitué d’un circuit intégré, le fonctionnement de montre étant assurée par une pile dont l’énergie électrique permet de faire vibrer un oscillateur à quartz.

La durée de vie d’une pile atteint généralement plusieurs années, durant lesquelles il n’y a aucune intervention à réaliser sur la montre, si ce n’est l’éventuel contrôle annuel d’étanchéité.

A noter qu’il existe des montres automatiques à quartz pour lesquelles l’énergie mécanique des mouvements de poignet est emmagasinée puis convertie en énergie électrique.

Les montres à quartz proposent deux modes d'affichage : l'affichage analogique, c'est-à-dire avec des aiguilles, et l’affichage numérique. Dans ce second cas, il n'y a donc aucune transmission mécanique, les impulsions étant directement transmises du circuit intégré à l’écran à cristaux liquides.

Ces deux modes d'affichage sont parfois combinés pour fournir diverses informations.

Point fort des montres à quartz : celles-ci sont extrêmement précises et leur dérive quotidienne est de l’ordre de +/- 0,3 secondes par jour.