7 jours avec la Raymond Weil Freelancer Calibre RW1212

par Guillaume V - 02/12/2017

Depuis 1976, année de la création par Monsieur Raymond Weil, la marque éponyme, suisse et indépendante crée des garde-temps en s'inspirant de l'art, et notamment de la musique. Les collections de montres pour hommes ou femmes portent ainsi des noms qui résonnent pour les amateurs de musique "classique", comme maestro, tango ou encore toccata. Mais ces dernières années, d'autres noms plus évocateurs pour les trentenaires que nous sommes ont également été associés à la marque RAYMOND WEIL : The Beatles, David Bowie ou plus récemment Bob Marley. Nous avions d'ailleurs eu le plaisir de découvrir le modèle maestro The Beatles lors de Baselworld 2015. Aussi, lorsqu'on nous a proposé de tester pendant une semaine l'une des créations RAYMOND WEIL, nous avons sauté sur l'occasion.

Et nous voilà quelques semaines plus tard, avec au poignet la freelancer calibre RW1212, modèle a priori plutôt classique mais qui s'adapte sans souci à toutes les situations de la vie quotidienne, aussi à l'aise en costume qu'en jean-sneakers. La taille du boitier, très contemporaine - 42,5 mm - n'est pas étrangère à cette versatilité bienvenue. En effet, si ce diamètre peut paraître imposant pour une montre habillée, il offre l'avantage de ne pas faire de la freelancer calibre RW1212 une montre exclusivement classique. Les proportions sont telles que la montre se pose très bien sur le poignet et se glisse aisément sous une manche de chemise. Les cornes harmonieuses biseautées sont typiques de la collection freelancer. Bien que visuellement assez longues, elles n’ont pas posé pas de problème particulier au porté. Les finitions sont parfaites et l'association de parties polies - lunette, cornes - et de parties satinées ne souffre d'aucun reproche : le boitier est vraiment très bien réalisé.

Côté cadran, se dégage la même impression d'harmonie et de qualité. Les index polis en forme de tonneau sont très beaux et appliqués avec précision. Les aiguilles ont une forme qui fait écho à celle des index et comme eux, intègrent des parties luminescentes pour faciliter la lecture de l'heure lorsque la luminosité est faible. La bonne lisibilité est également optimisée par le traitement anti-reflets double face du verre saphir. Si au centre du cadran, la finition "clous de Paris" est du plus bel effet, c'est à 6 heures que se trouve l'élément qui attire le plus l'oeil : le cadran ajouré, laisse en effet apparaître le balancier-spiral que l'on peut voir battre à une fréquence de 28’800 alternances par heure. Ce n'est pas aussi impressionnant qu'un tourbillon mais cela donne au cadran de la freelancer calibre RW1212 un côté vraiment hypnotique.

Le mouvement RW1212 dont on distingue l'organe réglant au travers du cadran mérite d'ailleurs que l'on s'y attarde. Depuis plusieurs années, le Swatch Group a décidé de réduire drastiquement l'approvisionnement de mouvements ETA pour les marques extérieures au groupe. Ainsi, de nombreuses marques horlogères indépendantes ont dû développer leurs propres mouvements ou trouver des solutions alternatives pour s'approvisionner. Avec le calibre RW1212, RAYMOND WEIL a choisi une solution intermédiaire puisque ce mouvement a été conçu par le département R&D interne à la Marque mais a ensuite été produit par Sellita. S'il ne s'agit donc pas à proprement parlé d'un mouvement manufacture, nous sommes bien en présence d'un calibre maison exclusif à RAYMOND WEIL. Le mouvement RW1212 peut être admiré au travers du fond transparent qui laisse apparaitre une masse oscillante décorée de Côtes de Genève et gravée du nom de la Marque.

Le modèle que nous avons eu le plaisir de tester est équipé d'un bracelet cuir et d'une boucle déployante simple, le tout de très bonne facture. Le bracelet en veau noir marqué du logo et du nom de la Marque sur sa face intérieure est bien fini, souple et confortable. La boucle siglée RW est également de qualité et facile à manipuler.

En synthèse, ce premier essai "longue durée" d'une montre RAYMOND WEIL est une réussite. La freelancer calibre RW1212 s'est avérée facile à porter au quotidien, très confortable et très agréable à regarder. Le mouvement s'est montré très précis et si certains pourraient regretter l'absence d'aiguille des secondes, cela ne nous a pas gêné, les mouvements du balancier nous rassurant sur le fait que la montre était belle et bien vivante à notre poignet !

Modèle essayé :
Référence 2780-STC-65001, boite acier sur bracelet cuir, cadran argenté
Tarif < 2000€TTC

Variantes :
Cadran : noir ou argenté avec index et aiguilles argentés ou dorés
Boite : en acier ou en acier et PVD Or Rose
Bracelet : cuir, acier ou acier et PVD Or Rose